à la Une

Des hommes qui tombent à la Comédie de St Etienne du 6 au 8 décembre !

DES HOMMES QUI TOMBENT (CÉDRIC, CAPTIVE DES ANGES)

Marion Aubert | Julien Rocha et Cédric Veschambre | Cie Le Souffleur de verre

HORAIRES :19 h

SALLE :La Stéphanoise

DURÉE :3 h 20 entracte compris (durée estimée)

 

PHOTO CANAPE GROUPE

PRÉSENTATION

Cédric n’arrive pas à dormir, obsédé par la dramaturgie du spectacle qu’ils sont
en train de créer avec Julien (son amant) et les acteurs de leur compagnie ;
littéralement habité par le personnage qu’il joue en ce moment : Divine, une/un
prostitué(e) sortie du roman de Jean Genet Notre-Dame-des-Fleurs.

Le texte de Marion Aubert se construit comme un dialogue avec l’œuvre de Genet. Il emprunte à Notre-Dame-des-fleurs des éléments de structure, de lieux et de personnages. Le choc littéraire et la puissance magique de la langue de Jean Genet transportent l’équipe du spectacle à travers le temps, du roman de 1942 à nos jours. Au fil des répétitions, chacun se laisse contaminer par l’oeuvre. Peu à peu, les personnages du livre envahissent l’intimité, les angoisses et les désirs des comédiens. Genet invite chacun à mettre de la pagaille dans son présent, dans sa façon d’être au monde. Que représente l’homosexualité pour lui aujourd’hui ? Dois-je d’agir ou pas face aux violences commises à l’encontre des homosexuels, en Syrie notamment ? Sur un mode burlesque, tantôt chanté, tantôt déjanté, cette création explicite les rapports d’une société à ses prisons volontaires tout en questionnant ce que les oeuvres produisent, comment elles aident à remettre en cause, à trahir ou à transformer.

 

DISTRIBUTION

texte Marion Aubert variation autour de Notre-Dame-des-Fleurs de Jean Genet | mise en scène Julien Rocha* et Cédric Veschambre* | assistant à la mise en scène Julien Geskoff*| avec Cécile Bournay*, Matthieu Desbordes, Julien Geskoff*, Benjamin Gibert, Sabine Revillet*, Julien Rocha*, Arthur Vandepoel, Cédric Veschambre* | musique Matthieu Desbordes | lumière François Blondel | costumes Ouria Dahmani-Khouli | scénographie Élodie Quenouillère | coaching vocal Myriam Djemour | régie générale et son Norbert Pontier | photo © Cédric Roulliat et Jérôme Pelletier

* issus de L’École de la Comédie

production Compagnie Le Souffleur de verre | coproduction La Comédie de Saint-Étienne – CDN ; Château Rouge – Scène Rhône-Alpes – Annemasse ; Théâtre municipal d’Aurillac – Scène conventionnée – Scène régionale

la Compagnie Le Souffleur de verre est conventionnée avec le ministère de la Culture et de la Communication/Drac Auvergne-Rhône-Alpes et La Région Auvergne-Rhône-Alpes | elle est soutenue pour ce projet par la Ville de Clermont-Ferrand | avec le soutien de la SPEDIDAM | création le 7 novembre 2017 au Théâtre municipal d’Aurillac – Scène conventionnée – Scène régionale

AUTOUR DU SPECTACLE

| rencontre en bord de scène | jeu. 7 décembre | à l’issue de la représentation

| projection cinémathèque | Un chant d’amour et Mademoiselle de Tony Richardson | jeu. 7 décembre | 14 h 30

 

Publicités
à la Une

Avec la compagnie Le Souffleur de verre création Des hommes qui tombent de Marion Aubert

DES HOMMES QUI TOMBENT (Cédric, captive des anges)
Comédie dramatique de Marion Aubert
– variation autour de Notre-Dame-des-Fleurs de Jean Genet.

 

tete-hommes-01-700x350

 

Mise en scène Julien Rocha
Dramaturgie Cédric Veschambre
Assistant à la mise en scène Julien Geskoff
Avec Cécile Bournay, Matthieu Desbordes, Julien Geskoff, Benjamin Gibert, Sabine Revillet, Julien Rocha, Arthur Vandepoel, Cédric Veschambre
Création musicale Matthieu Desbordes
Création lumière Benoit Bregeault
Régie générale et son Norbert Pontier
Création costumes Ouria Dahmani-Khouhli (Ateliers de La Comédie de Saint-Étienne – CDN)
Scénographie Elodie Quenouillère
Coaching vocal Myriam Djémour

Durée : environ 3h20 avec entracte
Public adulte (ou à partir de 16 ans accompagné de médiation)

 

Encart-DES-HOMMES-QUI-TOMBENT-CREATION

Photos répétitions Théâtre d’Aurillac
PHOTO FIN
Photos répétitions Maison Maria Casares
(c) photo Julien Rocha
14657246_1008393182621869_6316317559176648702_n
14707810_1008394335955087_5100401424445511769_o
14910322_1016793675115153_3350568814045354096_n
14670807_1008392832621904_5040478720427762783_n-1
à la Une

Résidence à ZABRZE EN POLOGNE

AVEC DRAMEDUCATION

https://10sur10.jimdo.com/2017/02/03/résidence-10-10-à-zabrze-pologne/

Résidence d’écriture organisée par Jan NOWAK et Iris Munos

Ecrire en 10 jours 1 pièce de théâtre de 10 pages avec 10 personnages.

10 sur 10, pièces francophones à jouer et à lire propose aux professeurs et aux jeunes qui apprennent le français comme deuxième langue des courtes pièces originales de théâtre à jouer et à lire en atelier de théâtre et en classe de FLE. Ces pièces peuvent faire l’objet de spectacles et être présentées lors de festivals théâtraux francophones pour jeunes.

 

Séjour à Zabrze

 

 

20170204_22453020170205_105959 20170212_120648.jpg

20170211_105359.jpg

 

 

 

à la Une

AGLAE AU PAYS DES MALICES ET DES MERVEILLES co-écrit avec Julien ROCHA publié à la Librairie Théâtrale ! Lauréat des Editions du OFF

AGLAE AU PAYS DES MALICES ET DES MERVEILLES

LAURÉAT DES ÉDITION DU OFF D’AVIGNON 2015

 

Chaque année, les Editions du OFF publient des pièces inédites jouées dans le OFF à Avignon grâce à l’initiative d’Avignon Festival & Cies, soutenue par la Librairie Théâtrale et accompagnée par la SACD. La soirée était présentée par Raymond Yana, le président d’Avignon Festival & Cies, Sophie Dechamps, la présidente de la SACD, et Christophe Mory, le gérant de la Librairie Théâtrale.

Cinq extraits ont été lus : Je n’avais jamais vu la mer de Pierre-Philippe Devaux (catégorie seul en scène), Une diva à Sarcelles de Virginie Lemoine (catégorie musicale), Le protégé de Robespierre de Valérie Durin (catégorie historique), Aglaé au pays des malices et des merveilles de Sabine Revillet et Julien Rocha (catégorie jeunesse) et Pardon Catherine ! d’Arnaud Allain(catégorie comédie).

aglae-au-pays-des-malices-et-des-merveillesvous pouvez commander ce texte sur le site des éditions LA LIBRAIRIE THEATRALE  http://www.librairie-theatrale.com/artcomedie/12107-aglae-au-pays-des-malices-et-des-merveilles-9782373931716.html

7b10dabf18

5f.–5h. (2 interprètes minimum) ; durée : 1 h

Il est une fois ! Moi, Aglaé ! Une petite fille âgée de six ans qui dit : « le monde est tout courbé il faut que je le redresse ». Une petite fille qui se révolte contre la directe-stricte et les oRgres et contre le monde qui ne tourne parfois pas très rond. Une petite fille qui veut réécrire les contes de fées, cogiter et tracer sa route prodigieuse. Voir les merveilles et les non-merveilles du monde. Aujourd’hui, c’est la rentrée des classes et Aglaé va décider de partir à la recherche d’une autre petite fille, Nojoud, qui a disparu. Le dahu est là, sûrement, il va lui donner un petit coup de pouce. Le dahu ? Bien sûr que si, il existe !

à la Une

LES GENS QUE J’AIME enregistré sur France Culture dans l’Atelier Fiction

Ici vous pouvez écouter le texte:

https://podcloud.fr/podcast/litterature/episode/les-gens-que-jaime-de-sabine-revilletLes gens que j’aime en podcast

L’atelier fiction Les gens que j’aime de Sabine Revillet, enregistré au Théâtre Laurent Terzieff et au studio son du 15 au 19 décembre 2015, réalisé par Baptiste Guiton et l’équipe de France culture avec les acteurs et les concepteurs sonores de la 75e promotion Mnouchkine, sera diffusée le Mardi 23 Février 2016 à 23h. Durée 1h.

Réalisation de Baptiste Guiton

Une réflexion sur l’identité et sur le désir d’être aimé

 

x510_ensatt2.png.pagespeed.ic.D80xxvX8FM.jpg

Enregistré du 15 au 19/12/2015  à Lyon, avec les élèves de l’ENSATT promotion 75 Ariane Mnouchkine

Paul ne sait pas dire non, c’est plus fort que lui, il dit toujours oui, oui, oui et accepte tout ce qu’on lui propose, multiplie les amours, les professions et se laisse embarquer dans différents chemins de vie. Pour ne pas être marginalisés, que sommes-nous prêts à faire ? Que sommes-nous prêts à brader de nous-mêmes pour plaire, avoir une place dans cette société, réussir, ne pas être laissés de côté ? Le pire n’est pas loin quand on ne sait pas choisir…On est toujours un peu extra-terrestre face à soi-même… Une réflexion sur l’identité et sur le désir d’être aimé.

 

Avec 

Léo Grange, Ariane Berendt, Marie Brugière, Tristan Cottin, Léonie Kerckaert, Amaranta Asiri Kun, Lorenzo Nieddu, Marion Pastor, Gabriel Rouvière, Chloé Sarrat, Alexandre Servage et la participation de Philippe Delaigue

 

Conseillère littéraire : Caroline OUAZANA.

Equipe technique : Philippe BREDIN, Manon HOUSSINET Nicolas SLIMANI.

Assistant à la réalisation : Vivien DEMEYRE

Conceptions sonores :

Sarah Bradley, Nicolas Hadot, Clément Hubert, Estelle Lembert, Caroline Mas, Simon Parsot

Collaboration artistique : Maryse Estier

Composition musicale : Sébastien Quencez

Equipe de réalisation Philippe Bredin, Manon Houssin, Nicolas Slimani

Assistant à la réalisation Vivien Demeyere

Sortie de la revue Espace(s) N°15 – octobre – lecture au CNES pour la soirée de lancement

THEME : La légèreté

images

Lors de la soirée du lancement de la revue le 19 octobre, animée par Eric Pessan, j’ai eu l’occasion de lire un extrait de ma nouvelle « Berlingot » inspirée par une photo présentant Mme et Mlle Régipa autour du poste de soudure dans l’atelier de fabrication des ballons tétraédriques.

– L’auteur et philosophe Pierre Alferi a partagé son questionnement sur la légèreté, à l’issue de son expérience de vol parabolique.

– Le plasticien et photographe Romaric Tisserand a présenté un projet d’essaimage photographique : la nouvelle série Botanique, réalisée à partir d’une sélection d’images de son archive de photographies vintages de la Nasa ;

22308885_511016722568019_4648673331815869895_n

– Après le visionnage d’un extrait de son film, l’artiste constructeur-bricoleur-narrateur Johan Decaix a présenté, via skype, son rêve: photographier la courbure de la terre depuis la limite de l’espace avec l’appareil photo de son grand-père.

 

espaces-15_F

La Revue Espace-s incarne une démarche engagée pour favoriser la création littéraire et plastique à partir de l’univers spatial.

Revue Espace(s)

 

22424323_511103992559292_1535061696515088073_o

 

 

LES GENS QUE J’AIME en podcast + extraits du texte

 

https://podcloud.fr/podcast/litterature/episode/les-gens-que-jaime-de-sabine-revilletLes gens que j’aime en podcast

Durée : 57:55 

 

SouffleurVerre-LES GENS-DEF

 

Réalisation Baptiste Guiton

Conseillère littéraire Céline Geoffroy

Enregistré du 15 au 19/12/2015 à Lyon, avec les élèves de l’ENSATT promotion 75 Ariane Mnouchkine

avec : Léo Grange, Ariane Berendt, Marie Brugière, Tristan Cottin, Léonie Kerckaert, Amaranta Asiri Kun, Lorenzo Nieddu, Marion Pastor, Gabriel Rouvière, Chloé Sarrat, Alexandre Servage et la participation de Philippe Delaigue

Conceptions sonores : Sarah Bradley, Nicolas Hadot, Clément Hubert, Estelle Lembert, Caroline Mas, Simon Parsot

Collaboration artistique : Maryse Estier

Composition musicale : Sébastien Quencez

Equipe de réalisation Philippe Bredin , Manon Houssin, Nicolas Slimani

Assistant à la réalisation Vivien Demeyere

 

Extraits 

1

Paul jette son téléphone portable

PAUL. Et maintenant, il est temps que les artères de mon corps se dépendent comme les guirlandes d’un lendemain de fête.

Mains autour du cou. Tentative 1 d’auto étranglement : ECHEC

Peut-être que mes mains n’ont pas assez de force ?

Tentative 2: ECHEC…

Peut-être que je manque de nécessité intérieure? De rage ?

Tentative 3: ECHEC …

Je voudrais en finir au plus vite. Un jour quelqu’un m’a dit « T’as de jolies testicules Paul. Comme deux petites boules de neige chaudes ».

Peut-être que mourir ce serait un beau gâchis ? Si je parvenais à m’éliminer, c’est sûr tout le monde voudrait récupérer un bout de ma dépouille.

Beau ou pas. Ça change rien à ce que j’éprouve.

J’ai endossé tellement de peaux, de manteaux différents.

Qui peut me tenir encore la main comme quand j’étais petit ?

Sonnerie du téléphone de Paul. Ce qui le ramène dans le paysage présent. Il le récupère.

2

PAUL. Alors ? Vous voyez quelque chose ?

LE MEDIUM. A vrai dire plutôt rien…Ah si je vois…

PAUL. Quoi ?

LE MEDIUM. Du brouillard.

PAUL. Du brouillard ?

LE MEDIUM. Oui

PAUL. Et vous voyez autre chose ?

LE MEDIUM. Pas trop. Ah si …

PAUL. Quoi ?

LE MEDIUM. Le brouillard s’épaissit. Il devient de plus en plus opaque.

PAUL. Et à part le brouillard ?

LE MEDIUM. Rien. Silence visuel…

Soudain interférences textos. Sonnerie stridente.

-Paul, aurais-tu les coordonnées d’un bon ostéo ?

-Paul, rappelle-moi d’urgence

-C’est fini ? On se revoit ?

-Paul la police a téléphoné hier soir

PAUL. Pardon j’ai oublié d’éteindre mon téléphone. Alors ?

LE MEDIUM. J’y arrive pas… J’ai besoin d’une pause. …

Il sort. Paul écoute son répondeur.

« Bienvenue sur votre messagerie. Vous avez trente huit messages »

Il répond à ses textos

-Oui

-Ok

-Tu te fais des idées

-Ah bon ?

Le medium revient avec deux tasses de café.

PAUL. J’aurai dû porter du blanc. Tout aurait été plus simple, plus limpide. Le noir ça absorbe les images.

Paul enlève son tee shirt

LE MEDIUM. Qu’est-ce que vous faites ? Si quelqu’un entrait.

PAUL. Je veux vous provoquer des visions, des flashs….

LE MEDIUM. L’avenir n’est pas une science exacte.

PAUL. Alors ????

LE MEDIUM. Je ne vois pas mieux sans vos vêtements. Aujourd’hui rien ne sort, j’ai les yeux secs. Rhabillez-vous.

PAUL. J’ai besoin de savoir.

LE MEDIUM. Vivez. C’est la meilleure chose à faire. Vivez sans vous poser de questions.

PAUL. Je vous en prie.

LE MEDIUM. Je vais vous rembourser.

3

PAUL. Moi, ce que je me vois c’est un tas de nœuds inextricables. Des fils qui m’écartent dans des directions différentes (un peu comme la torture au Moyen Age)…

La vie c’est plein de petits morceaux contradictoires qu’on essaie de coller ensemble, d’ajuster pour créer un tout qui pourrait sembler cohérent. Mais en général et sauf exception, l’homme ne voit pas plus loin que le bout de son museau.

J’ai froid

Froid là où les mots creusent leur chemin

Les gens autour de moi sont

On dirait une forêt

Je vais dans toutes les directions

Un mot manque à ma voix

Me noyer dans les arbres

Il y a un mot mort en moi

J’essaie de le dire mais

Il reste dans le fonds de mon ventre comme un bout de verre.

Paul essaie de dire non en vain

 

ODE A MEDINE au Lavoir moderne parisien ce samedi 24 juin à 15H:::))))

Ode à Médine revient au grand galop au cours du

Festival « Osez les filles » qui se déroulera du 21 au 25 juin au Lavoir moderne parisien 

Avec Maïté Cotton
Conception et mise en scène : Stéphanie Correia
Vidéo : Stéphane Broc

19366350_10154874227903337_6009093122934196160_n
Informations et réservations :
lavoirmoderneparisien2017@gmail.com ou 01 46 06 08 05

Nouvelle édition! TOME 3 « 10sur10, pièces francophones à jouer et à lire » –

Et voilà ! Nos textes écrits pendant la résidence en Pologne à Zabre viennent de paraître à Dramedition !

Il y a mon texte : Amicide (sur le harcèlement scolaire) ainsi que les textes de:

Elise Boch: Bahut
Martin Bellemare: La ligne droite
Eva Bondon: Dix-sept secondes
Elise Hofner : Merde!
Gwendoline Soublin: Une poule sur un mur
Sufo Tagne Denis : Ceux qui voulaient arrêter le temps 
Marie Vaiana : L’Habitude
Rebecca Vaissermann : Je me souviens
Merlin Vervaet : Fais Briller la Poussière (en Suspension)

 

Un grand merci pour cette aventure à Iris Munos et Jan Nowak 🙂

 

https://www.10sur10.com.pl/2017/05/26/sortie-du-tome-3-10-sur-10-pièces-francophones-à-jouer-et-à-lire/

Ces pièces sont destinées aux professeurs de français/FLE et jeunes qui apprennent le français comme deuxième langue. Elles peuvent devenir l’objet d’un projet théâtral ou être utilisées pendant des cours de français.

19146124_1970927619797010_237556511154528274_n

 

Voici des extraits de ma pièce:  

 

Amicide

Noémie. J’ai pas dormi de la nuit. Une nuit blanche avec les yeux ouverts.  Aujourd’hui c’est décidé, je ne retourne pas au collège.

Voix de la mère. Allez debout Noémie!

Noémie. Non je veux rester au lit.

Voix de la mère. Allez !

Noémie. Non, je préfère rester dans mes rêves.

Voix de la mère. Debout!

Noémie. Vite, tartine dans une main, jus d’orange dans l’autre, chaussettes dépareillées, manteau à moitié enfilé, courir mais.  Je veux pas y aller.  J’ai qu’une envie, disparaître.

Noémie arrive au Collège.

Lucas, le cicatrisé. La tête que t’as!

Annette, la chef. Moi, si j’avais une tête comme ça, je resterai chez moi.

Louise. Je m’enfermerai à double tour.

Julie. Oui et même j’ajouterai des serrures. Annette, la chef. Je me cacherai sous un drap.

Victor, le très frisé. Je deviendrai un fantôme.

Lucas, le cicatrisé. J’avalerai de l’eau de Javel.

Victor, le très frisé. Je m’étoufferai avec un oreiller.

Léa, la petite. Ou avec une boule de neige.

Annette, la chef. J’arrêterai de respirer.

Lucas, le cicatrisé. Je chuterai dans l’escalier.

Léa, la petite. Je m’effacerai avec une gomme.

Victor, le très frisé. Je fuguerai, je reviendrai jamais. J’écrirai même pas une lettre pour dire que je pars.

Noemie fuit. Le groupe s’auto-congratule.

 

Vous pouvez consulter des extraits d’autres pièces ici: Extraits

Et commander le texte ici: Tome 3

Invitation ce samedi 20 mai 19H30 pour la publication de PARDON aux Editions Les Cygnes :)

Je vous invite à la lecture-signature de ma pièce Pardon 

Ce samedi 20 mai à 19h30 à la Galerie Cyal

32, rue de l’arbalète 75005 Paris

Métro Censier-Daubenton

dans le cadre du festival « Quartier du livre du Ve arrondissement de Paris »

Je lirai accompagnée de

Federica Martucci, Mathieu Montanier, Gilles Trinques

VENEZ !

Préface de Michel Cochet 

18342108_1634785933228880_2985350511888481916_n

Illustration de couverture : « Les scélérats » de Kubny

https://www.editionlescygnes.fr

http://www.amotsdecouverts.fr

Le texte a été traduit en macédonien par Maria Béjanovska

https://mariabejanovska.wordpress.com/2015/04/28/theatre-pardon-de-sabine-revillet-en-macedonien/

Ce texte a été lauréat de l’Association Beaumarchais et a reçu les encouragements de la Commission nationale d’Aide à la création de textes dramatiques du CnT – devenu ARTCENA.

 » Je vous écris à vous car vous m’avez touchée. Vous. Votre voix. Me manquent. » 

20170410_164000

 » Quelquefois je me dis que ma vie n’a plus de sens alors je perds connaissance. « 

Résumé

20170512_211702

Extraits

 

1. THÉRÈSE RENCONTRE BATTISTA EN DISCOTHÈQUE.

BATTISTA

Bonjour tu fais quoi avec tous tes sacs tu sais t’as un vestiaire pour les mettre.

THÉRÈSE

Je ne m’arrête pas sur la piste je veux seulement la traverser et lui il m’accoste.
BATTISTA

Bonjour tu fais quoi avec tous tes sacs ?

THÉRÈSE

Battista, c’est son nom, je ne le sais pas encore.

BATTISTA

Bonjour tu fais quoi ?

THÉRÈSE

Je ne le regarde pas mais je sais tout de suite où son regard se pose, nulle part alors je fuis mais son regard m’attrape.

BATTISTA

Bonjour.

THÉRÈSE

Si je réponds « Bonjour » je serai finie dans son lit, clic clac le lit usé dans le dos de mon corps, le dos reconnu plus par personne alors répondre ? Répondre « Bonjour » et dire « Je ne m’arrête pas sur la piste, juste je la traverse, je danse un peu et puis je pars » ? Dans une discothèque où la musique m’a conduite avec mes sacs je réponds « Bonjour ». «Tumeplais» ilmeditetjereste.Àdanserlà avec mes sacs qui me courbent le dos, le mal de dos commence les courbatures alors ici ou dans un lit. Dans un lit ça vaudrait mieux.

L’éphémère saga, ou comment j’ai grandi… Episode 6

QUE VA T-IL SE PASSER ? COMMENT TOUT ÇA VA FINIR ? (OU PAS) vous le saurez ce

Vendredi 28 avril à 19h30 à 

 Avranches / Espace Mosaïque

 

6ème épisode de la saison 2 à Avranches par Jérémie Fabre, Nathanael Frérot, Sabine Revillet.

Nous le lirons en compagnie de Matthieu Garczynski Dit Garz et de Benjamin Hubert mais aussi de plusieurs habitants.

 

TataGuilaine2-393x365

Montage: Nathanael Frérot

(et avec la participation amicale de : Corbier, Patrick Bruel, Eddy Mitchel, Stéphane Colaro, Mabrouk, mon père, ma mère, ma mamie et mon papi de Jullouville, ma Tata Guylaine, Aline Lambert, Petit Maxime, Émilie et sa maman, Malaury Nataf et toute l’équipe du Miel et les abeilles, et bien d’autres encore)

 

 

20170428_221922

L’invention de moi

Printemps des inédits // 4 ème édition.

PROGRAMME 

Et nouvelle lecture de nos textes issus du Bocal agité

Merci à toute l’équipe d’Influenscenes… http://www.influenscenes.com/compagnie/lequipe/

vendredi 21 avril 2017

20h30 : en préambule au Printemps des Inédits : La nuit où le jour s’est levé de Magali Mougel, Catherine Verlaguet et Sylvain Levey ; Théâtre de récit et cirque à partir de 9 ans (tarif 6€, salle Jacques Brel ; réservation auprès du service culturel)

samedi 22 avril 2017

16h : ouverture

les secrets du comité de lecture, une aventure sans pareille filmée par Jean-Luc Paliès. Quatre minutes pour tenter de vous livrer, sans toutefois les révéler, quelques uns des secrets du comité de lecture de Fontenay-sous-Bois

retour du bocal agité de vitry-sur-scène animé par Fabien Arca. Les 5, 6 et 7 avril, des au- teurs, des metteurs en scène et une vingtaine d’interprètes se sont « agité le bocal» autour d’une thématique urbaine à partir d’un cliché. Avec les auteurs/rices interprètes : Cécile Fraisse-Bareille, Lise Martin, Natalie Rafal, Sabine Revillet, Aurélie Youlia, Bruno Allain, Fabien Arca, Joseph Danan, Sylvain Renard.

18h : noyades de Jean-François Guilbaut et Andréanne Joubert. Sélection du Comité de lecture de Fontenay-sous-Bois. Mise en maquette/Version Pupitre de Jean-Luc Paliès. Avec Nina Cholet, Alain Guillo et Rémi Goutalier. Musiciens : Emilien Gillan, Jean-Baptiste Paliès et Corentin Pujol des Migrants Hilares.

20h30 : yalla bye ! ou mes trois semaines à Beyrouth de Clea Petrolesi et Ray- mond Hosny. Lauréat du Comité de lecture de Fontenay-sous-Bois. Mise en maquette/ Version Pupitre de Jean-Luc Paliès. Avec Cléa Petrolesi et Raymond Hosny et Alain Guillo. Musiciens : Emilien Gillan, Jean-Baptiste Paliès et Corentin Pujol des Migrants Hilares.

dimanche 23 avril 2017

11h : la neige est de plus en plus noire au groenland de Yann Verburgh. Sélection du Co- mité de lecture de Fontenay-sous-Bois. Mise en maquette/Version Pupitre d’Alain Guillo. Avec Léa Dauvergne, Claire Faurot, Ruth (Lori) M’ Balanda, Philippe De Monts, Jean-Pierre Hutinet, Virgile M’ Fouillou. Musiciens : Emilien Gillan, Jean-Baptiste Paliès et Corentin Pujol des Migrants Hilares.

12h30 : brunch musical « atout jazz » avec les musiciens des Migrants Hilares.

14h30 : les pavés de Syntagma de Louise Caron. Sélection du Comité de lecture des e a t. Mise en maquette de Sévane Sybesma. Avec Dimitra Kontou, Béatrice Venet, Olivier Bou- drand, Benoit Hamelin et Maximilien Neujahr. Musiciens : Emilien Gillan, Jean-Baptiste Paliès et Corentin Pujol des Migrants Hilares.

16h : robertino-cinédit de Louise Doutreligne (Boursière année sabbatique CNL 2017). Com- mande France Culture 2014. Synopsis cinéma, mise en maquette de Jean-Luc Paliès. Avec Man- dine Guillaume, Louise Doutreligne, Jean-Luc Paliès. Musique : Les Migrants Hilares.

18h : Débat final sur le thème « Le réel dans la fiction ou la fiction du réel » avec tous les partici- pants du printemps des Inédits # 4.

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Vendredi 21 : Tarif : 6€, salle Jacques Brel 164 Boulevard Gallieni, 94120 Fontenay-sous-Bois
Samedi 22 Dimanche 23 avril – Entrée libre, EGP 26 rue Gérard Philipe – 94120 Fontenay-sous-Bois

Réservation : 01 71 33 53 35 / ww.fontenayenscenes.fr (Repas et brunch : réservation auprès de Fontenay-en-Scènes jusque 48h à l’avance) Contact Influenscènes : 06 27 62 07 23 / influenscenes.com