à la Une

Collège Suzanne Lacore – Paris 19- Résidence sur proposition du Collectif A Mots Découvert

 

Avril-mai 2018 – Résidence d’écriture 

sur les robots

Collège Suzanne Lacore

 

amours robots

C’est toujours exhaltant une résidence, être dans un lieu qu’on ne connait pas.

Observer le paysage d’une fenêtre et écrire, faire écrire, tourner en rond avec son texte, se demander qu’est-ce que j’ai envie de dire exactement? Ici, je vais avancer sur Mon grand-père ce robot, travailler avec les élèves, recueillir leurs impressions sur ce thème. Parler des objets, du deuil, du chagrin nécessaire, du manque, de la tentative de sortir de ce manque. J’écris sur la mort. 

Premier jour collège Suzanne Lacore. Nous distribuons les consignes dans la rue, dans la cantine, dans la cour de récréation avec Audrey qui fait partie du collectif La Bande à Léon. Isabelle documentaliste, me confie les clefs du CDI, c’est là où je m’installe pour écrire. Tout est transparent, grand, on respire.

12H32, j’ouvre mon fichier. Il pleut. Je jette un oeil aux photos que j’ai prises lors de l’exposition sur les artistes et les robots au Grand Palais, une exposition consacrée à l’imagination artificielle, peut-être que cela me donnera des idées…

27435 signes plus tard. Récréation, les élèves viennent s’asseoir à ma table. Nous écrivons côte à côte comme si on se connaissait depuis longtemps. Chaque jour, je propose des consignes différentes. Aujourd’hui, c’est : Ecrire une liste sur les rêves des robots.

« Envie de manger du nougat, du caramel, boire de l’eau sans s’electrocuter et sans exploser, avoir des enfants …. »

Yanis, de la classe Ulis qui vient tous les jours écrire avec moi, écrit que son robot rêve d’avoir des parents robots, des grands-parents robots, des oncles et tantes robots, des cousins cousines robots, des grands oncles et grandes tantes robots, des amis robots…

Isabelle me montre deux clips un de Bjork « All is full of love » et un autre de Damon Albarn « Everyday Robots ».

Je pose des questions aux élèves et je leur propose de retranscrire leurs réponses. J’attrappe les mots qu’ils disent en plein vol, et je leur dis de les écrire sans réfléchir afin qu’ils ne se jugent pas, et que l’écriture soit désacralisée. « Oui ce que tu me dis là, c’est ça. Ecris. Ecris ce que tu viens de me dire ».

Cours de français avec les 5ème les élèves. Ecrire à deux une histoire d’amour entre un robot et un non-robot… Une histoire d’amour! Les élèves sont emballés. 

Le professeur de dessin propose,  de son côté, le sujet à ses élèves…

amourrs robots.jpg

amours robotsbbb.jpg

Une professeur de français travaille sur des poèmes robotiques…

poeeeemmmes robots.jpg

robot sans coeur.jpg

dangers 2 robots.jpg

Deux filles de sixième, Dado et Saphora, après avoir écrit une extraordinaire recette de cuisine destinée aux robots, je pense qu’il n’y a qu’un robot qui puisse digérer ça, décident de poursuivre la suite de ma pièce et dessiner mes personnages…

Elles imaginent que mon robot Jacques, sosie du grand-père d’Angie, décide de se faire implanter un coeur dans la poitrine.

Elia revient pour terminer son texte, et comme je ne retrouve plus sa feuille, je lui donne mon ordinateur, il écrit dans le fichier directement à la suite de son texte que j’avais commencé à retranscrire … Je me retrouve donc sans ordinateur pour écrire!

20180515_100707

Je discute avec trois élèves sur une autre de mes pièces, Les Lunatiques. Nous échangeons sur le thème de la rencontre amoureuse, prise de notes.

« Quand on est amoureux, on est contents, on est génés, ça te sert dans le ventre. 

Quand la fille, qui m’aimait bien, m’a dit : je crois qu’on serait amoureux … j’ai commencé à transpirer partout … »

Nous sommes imparfaits et imprévisibles, … c’est sûrement pour ça que les robots voudraient nous ressembler ….

Ça y est, je pars. La résidence est terminée. J’ai écris au moins 15 pages!

Nous présentons au Grand Parquet à la fin du mois, les textes mis en lecture par Audrey Bertrand et Marine Maluenda. Une aventure intense…

20180515_112203.jpg

colle

Fatou écrit un texte sur une femme robot qui subit des violences de son conjoint un robot. heureusement, les pompiers arrivent pour la soigner, elle décide, suite à cet évènement, de devenir sapeur-pompier elle-même pour sauver les gens…

ROBOTS RE

danger robots

31755214_10156251380414857_7926793621477523456_n

Publicités
à la Une

STAGE ECRITURE ET MISE EN SCÈNE les 6, 7 et 8 juillet sur le thème « La Rencontre » avec Julie R’Bibo

« La Rencontre »

les 6, 7 et 8 juillet 2018

images

 

Nous organisons un stage écriture-théâtre avec la malicieuse Julie R’Bibo du 6 au 8 juillet sur le thème de la rencontre, beau et vaste thème,… si le coeur vous en dit 🙂

A partir de multiples supports et points de départ (Littéraires, musicaux, cinématographiques, improvisations théâtrales, exercices corporels) nous rêverons et libérerons notre créativité et nos moyens d’expression sur ce thème ; nous explorerons les circonstances propices à la rencontre, les bouleversements qu’elle implique. Nous nous amuserons à écrire sous forme de dialogues et/ou de monologues plusieurs scènes que nous expérimenterons au plateau.

Nous demandons aux stagiaires de choisir et d’apporter avec eux le premier jour de stage un objet qui leur évoquerait la rencontre.

Qu’est ce que rencontrer quelqu’un ? Rencontrer l’autre n’est-il pas aussi se rencontrer soi-même ? Quels moyens propices à la rencontre ? Fait-on une bonne ou une mauvaise rencontre ?

 

Unknown-1

peintures de Jim Dine 

 

Objectifs pédagogiques:

  • –  Le passage de l’écrit à la parole et de la parole à l’écrit : écrire en partant de soi pour aller vers le plateau, vers l’autre ; écrire à partir du plateau, de l’autre, pour enrichir l’intime de écriture.
  • –  Ecrire seul ou à plusieurs : affirmer son univers, développer son imaginaire, écouter l’autre, construire ensemble.
  • –  Ecrire un dialogue ; écrire un monologue : la construction du personnage, la cohérence dramaturgique.
  • –  Comment incarner une parole : jouer, diriger et être dirigé : aborder la corporalité d’une écriture.
  • –  Mettre en scène son texte : donner sa vision scénique d’un texte, le confronter au principe de réalité.
  • –  Mettre en scène le texte d’un autre : expérimenter l’altérité.`

     

    Dates:

    Du 6 au 8 juillet 2018, 3 jours de 10h à 17h, soit 18 h de pratique au total.

    Lieu :

    Compagnie RL,
    11, rue St Luc 75018 Paris. M° La Chapelle ou Barbès-Rochechouard
    Public : amateurs avec ou sans expérience à partir de 18 ans.
    Prix : 225 € en tarif plein, (195 € en tarif réduits pour les étudiants, enseignants et demandeurs d’emploi) avec un acompte de 80 € à l’inscription. Solde payable le premier jour de stage en 1 ou 2 fois.

     

    Renseignements et inscriptions :

    Compagnie La Karavane : Julie R’Bibo, metteure en scène. Renseignements : 06 88 98 67 71 ou cielakaravane@gmail.co

à la Une

Les Lunatiques / lecture le 16 avril

J’ai le plaisir de vous inviter à la lecture de mon texte jeune public
« LES LUNATIQUES »  
le Lundi 16 avril à 16h 
à la Maison des Auteurs de la SACD
Maison des auteurs – 7 rue Ballu – 75 009 Paris. Métro  Place de Clichy ou Blanche
enfant-fusée-rouge-D2Lprod
Avec : Xavier Béja, Emilie Bouruet-Aubertot, Pierre Cuq, Anne Massoteau, Richard Pinto, Lola Roskis Gingembre
Mise en voix : Carole Drouelle 

Ce texte a été mis en lecture au Theatre de la Tête Noire avec les élèves du Conservatoire de Tours par Patrice Douchet le 1er juin 2015 et, dans le cadre du Festival des Hauts parleurs en 2016 par Carole Drouelle, reprise de cette proposition au Théâtre de Rungis. 

Pièce accompagnée par le collectif A mots découverts

et soutenue par l’Association Beaumarchais.

 

Unknown-2

Les parents de Rose, 9 ans, ne cessent de se disputer. Rose se réfugie dès lors dans sa bulle… à bord de laquelle, elle entreprendra un voyage dans la Lune.

Au plaisir de vous voir!!! 


Maison des auteurs – 7 rue Ballu – 75 009 Paris. Métro  Place de Clichy ou Blanche

à la Une

Lundi 26/03 : De Midi à Minuit: 58 autrices de théâtre.

Aujourd’hui au Théâtre 14 ce 26 mars à 21H24 précisément ou presque, je lirai un extrait d’environ neuf minutes à quelques secondes près de

Mon camion immobile 

 

images

58 autrices de théâtre liront un extrait de leur texte 

VOICI LE PROGRAMME

12h
Nicole Desjardins

Delphine Gustau
Marie Borin
Caroline de Kergariou
Géraldine Serbourdin

13h
Michèle Laurence
Claudine Vuillermet
émilie Leconte
Diane Saurat
Sylvia Lulin

14h
Rebecca Vaissermann
Danielle Marty
Constance émilie
Sabine Mallet
Marjorie Fabre

15h
Isabelle Normand
Virginie Paoli
Martine Macre
Veronika Boutinova
Cécile Fraisse-Bareille

16h
Claire Prendki
Anne-Pascale Patris
Marie-Claire Davy
Moni Grégo
Sylvie Chastain

17h
Claire-Lise Charbonnier
Sylvia Bagli
Aline Dedeyan
Agnès Marietta
Leïla Miloudi

18h
Catherine Tullat
Marwil Huguet
Eva Bondon
Anne-Sophie Nédélec
Natalie Rafal

19h
Catherine de la Clergerie
Flore Grimaud
Audrey Chapon
Sarah Pèpe
Emanuelle Delle Piane

20h
Corinne Klomp
Sylvie Chenus
Michèle Albo
Dominique Paquet
Bernadette Pourquié

21h
Cécile Thiercelin
Isabelle Bournat
Sabine Revillet
Aurélie Youlia
Sandrine-Malika Charlemagne

22h
Marie-Christine Navarro
Michèle Sigal
Françoise Thyrion
Violaine de Carné
Nicole Sigal

23h
Dominique Chryssoulis
Simone Balazard
Danielle Vioux

 

3088963327_1_21_UVasljxU

 

3088963327_1_5_bDSRTFsK

Nous vous attendons ! 

………………………………………………………………..

ENTRÉE LIBRE
sur réservation au 01 42 29 78 64
ou par mail à contact.eatheatre@gmail.com
………………………………………………………………..
Où ?
Théâtre 14 Jean-Marie Serreau
20 avenue Marc Sangnier – 75014 Paris
M° Porte de Vanves (L13)
……………………………………………

 

 

à la Une

Happening littéraire #BalanceTonPavé

Samedi 24 mars à la Fabrique

Soulèvements et soumissions. De l’Antiquité jusqu’à #MeToo en passant par Mai 68. La question des femmes dans l’espace public.

29472532_1858810677470496_1640109154049720320_n

Nous serons heureux de vous accueillir le samedi 24 mars à partir de 15 h 30 pour le vernissage de l’exposition des photographies de Sarah Meunier et Alain Smilo.

16 h 00 Happening littéraire présenté par Valérie de Schaetzen, historienne et enseignante. Avec la participation des autrices Claire Barrabes, Marie-Pierre Cattino, Sabine Revillet et Sarah Pèpe.

 

Unknown-1

LA fABRIQUE / 11 rue Paul-Vaillant-Couturier, 93170 Bagnolet

Contact Christian Bach (www.edition-koine.fr 06 12 55 85 03)

 

Et le 9 juin : Présentation de l’ouvrage sur le thème de la place des femmes dans l’espace public, ouvrage commandé par les Editions Koinè aux 4 autrices Claire Barrabes, Marie-Pierre Cattino, Sabine Revillet et Sarah Pèpe.

EDITIONS KOINE

 

A La Fabrique

20180324_133035

 

20180324_181019

à la Une

Parution du livre du Bocal agité ce jeudi 14 décembre à GARE AU THEATRE

Jeudi 14 décembre, à partir de 19h, à gare au théâtre (13 rue Pierre Sémard à Vitry-sur-Seine), venez faire la fête avec nous. Entrée libre. Au programme : Retour sur les 10 mois de résidence de Fabien Arca

Sortie du livre le Bocal Agité (avec Cécile Fraisse-Bareille, Aurélie Youlia, Joseph Danan, Lise Martin, Bruno Allain, Sabine Revillet, Sylvain renard, Natalie Rafal)

DRcF2mxW4AAapO3.jpg-large

Extrait de mon texte « Derrière la silhouette des arbres »

Écoute sonore, et enfin LE FRACAS mis en musique par De la Gare & Cie !

http://www.gareautheatre.com/spectacle.php?id=1932

http://remue.net/spip.php?rubrique1045

DRcG7s8X4AE7qKmet le voilà …

à la Une

Des hommes qui tombent à la Comédie de St Etienne du 6 au 8 décembre !

DES HOMMES QUI TOMBENT (CÉDRIC, CAPTIVE DES ANGES)

Marion Aubert | Julien Rocha et Cédric Veschambre | Cie Le Souffleur de verre

HORAIRES :19 h

SALLE :La Stéphanoise

DURÉE :3 h 20 entracte compris (durée estimée)

 

PHOTO FIN

 

ERNESTINE MIGNON

PHOTO CANAPE GROUPE

PRÉSENTATION

Cédric n’arrive pas à dormir, obsédé par la dramaturgie du spectacle qu’ils sont
en train de créer avec Julien (son amant) et les acteurs de leur compagnie ;
littéralement habité par le personnage qu’il joue en ce moment : Divine, une/un
prostitué(e) sortie du roman de Jean Genet Notre-Dame-des-Fleurs.

Le texte de Marion Aubert se construit comme un dialogue avec l’œuvre de Genet. Il emprunte à Notre-Dame-des-fleurs des éléments de structure, de lieux et de personnages. Le choc littéraire et la puissance magique de la langue de Jean Genet transportent l’équipe du spectacle à travers le temps, du roman de 1942 à nos jours. Au fil des répétitions, chacun se laisse contaminer par l’oeuvre. Peu à peu, les personnages du livre envahissent l’intimité, les angoisses et les désirs des comédiens. Genet invite chacun à mettre de la pagaille dans son présent, dans sa façon d’être au monde. Que représente l’homosexualité pour lui aujourd’hui ? Dois-je d’agir ou pas face aux violences commises à l’encontre des homosexuels, en Syrie notamment ? Sur un mode burlesque, tantôt chanté, tantôt déjanté, cette création explicite les rapports d’une société à ses prisons volontaires tout en questionnant ce que les oeuvres produisent, comment elles aident à remettre en cause, à trahir ou à transformer.

 

DISTRIBUTION

texte Marion Aubert variation autour de Notre-Dame-des-Fleurs de Jean Genet | mise en scène Julien Rocha* et Cédric Veschambre* | assistant à la mise en scène Julien Geskoff*| avec Cécile Bournay*, Matthieu Desbordes, Julien Geskoff*, Benjamin Gibert, Sabine Revillet*, Julien Rocha*, Arthur Vandepoel, Cédric Veschambre* | musique Matthieu Desbordes | lumière François Blondel | costumes Ouria Dahmani-Khouli | scénographie Élodie Quenouillère | coaching vocal Myriam Djemour | régie générale et son Norbert Pontier | photo © Cédric Roulliat et Jérôme Pelletier

* issus de L’École de la Comédie

production Compagnie Le Souffleur de verre | coproduction La Comédie de Saint-Étienne – CDN ; Château Rouge – Scène Rhône-Alpes – Annemasse ; Théâtre municipal d’Aurillac – Scène conventionnée – Scène régionale

la Compagnie Le Souffleur de verre est conventionnée avec le ministère de la Culture et de la Communication/Drac Auvergne-Rhône-Alpes et La Région Auvergne-Rhône-Alpes | elle est soutenue pour ce projet par la Ville de Clermont-Ferrand | avec le soutien de la SPEDIDAM | création le 7 novembre 2017 au Théâtre municipal d’Aurillac – Scène conventionnée – Scène régionale

AUTOUR DU SPECTACLE

| rencontre en bord de scène | jeu. 7 décembre | à l’issue de la représentation

| projection cinémathèque | Un chant d’amour et Mademoiselle de Tony Richardson | jeu. 7 décembre | 14 h 30

 

à la Une

Sortie de la revue Espace(s) N°15 – octobre – lecture au CNES pour la soirée de lancement

THEME : La légèreté

 

Lors de la soirée du lancement de la revue le 19 octobre, animée par Eric Pessan, j’ai eu l’occasion de lire un extrait de ma nouvelle « Berlingot » inspirée par une photo présentant Mme et Mlle Régipa autour du poste de soudure dans l’atelier de fabrication des ballons tétraédriques.

– L’auteur et philosophe Pierre Alferi a partagé son questionnement sur la légèreté, à l’issue de son expérience de vol parabolique.

– Le plasticien et photographe Romaric Tisserand a présenté un projet d’essaimage photographique : la nouvelle série Botanique, réalisée à partir d’une sélection d’images de son archive de photographies vintages de la Nasa ;

22308885_511016722568019_4648673331815869895_n

– Après le visionnage d’un extrait de son film, l’artiste constructeur-bricoleur-narrateur Johan Decaix a présenté, via skype, son rêve: photographier la courbure de la terre depuis la limite de l’espace avec l’appareil photo de son grand-père.

 

espaces-15_F

La Revue Espace-s incarne une démarche engagée pour favoriser la création littéraire et plastique à partir de l’univers spatial.

Revue Espace(s)

 

22424323_511103992559292_1535061696515088073_o

 

 

à la Une

Avec la compagnie Le Souffleur de verre création Des hommes qui tombent de Marion Aubert

DES HOMMES QUI TOMBENT (Cédric, captive des anges)
Comédie dramatique de Marion Aubert
– variation autour de Notre-Dame-des-Fleurs de Jean Genet.

 

tete-hommes-01-700x350

 

Mise en scène Julien Rocha
Dramaturgie Cédric Veschambre
Assistant à la mise en scène Julien Geskoff
Avec Cécile Bournay, Matthieu Desbordes, Julien Geskoff, Benjamin Gibert, Sabine Revillet, Julien Rocha, Arthur Vandepoel, Cédric Veschambre
Création musicale Matthieu Desbordes
Création lumière Benoit Bregeault
Régie générale et son Norbert Pontier
Création costumes Ouria Dahmani-Khouhli (Ateliers de La Comédie de Saint-Étienne – CDN)
Scénographie Elodie Quenouillère
Coaching vocal Myriam Djémour

Durée : environ 3h20 avec entracte
Public adulte (ou à partir de 16 ans accompagné de médiation)

 

Encart-DES-HOMMES-QUI-TOMBENT-CREATION

Photos répétitions Théâtre d’Aurillac
24796800_1672496152770560_333316910392333226_n
Photos répétitions Maison Maria Casares
(c) photo Julien Rocha
14657246_1008393182621869_6316317559176648702_n
14707810_1008394335955087_5100401424445511769_o
14910322_1016793675115153_3350568814045354096_n
14670807_1008392832621904_5040478720427762783_n-1
à la Une

AGLAE AU PAYS DES MALICES ET DES MERVEILLES co-écrit avec Julien ROCHA publié à la Librairie Théâtrale ! Lauréat des Editions du OFF

AGLAE AU PAYS DES MALICES ET DES MERVEILLES

LAURÉAT DES ÉDITION DU OFF D’AVIGNON 2015

 

Chaque année, les Editions du OFF publient des pièces inédites jouées dans le OFF à Avignon grâce à l’initiative d’Avignon Festival & Cies, soutenue par la Librairie Théâtrale et accompagnée par la SACD. La soirée était présentée par Raymond Yana, le président d’Avignon Festival & Cies, Sophie Dechamps, la présidente de la SACD, et Christophe Mory, le gérant de la Librairie Théâtrale.

Cinq extraits ont été lus : Je n’avais jamais vu la mer de Pierre-Philippe Devaux (catégorie seul en scène), Une diva à Sarcelles de Virginie Lemoine (catégorie musicale), Le protégé de Robespierre de Valérie Durin (catégorie historique), Aglaé au pays des malices et des merveilles de Sabine Revillet et Julien Rocha (catégorie jeunesse) et Pardon Catherine ! d’Arnaud Allain(catégorie comédie).

aglae-au-pays-des-malices-et-des-merveillesvous pouvez commander ce texte sur le site des éditions LA LIBRAIRIE THEATRALE  http://www.librairie-theatrale.com/artcomedie/12107-aglae-au-pays-des-malices-et-des-merveilles-9782373931716.html

7b10dabf18

5f.–5h. (2 interprètes minimum) ; durée : 1 h

Il est une fois ! Moi, Aglaé ! Une petite fille âgée de six ans qui dit : « le monde est tout courbé il faut que je le redresse ». Une petite fille qui se révolte contre la directe-stricte et les oRgres et contre le monde qui ne tourne parfois pas très rond. Une petite fille qui veut réécrire les contes de fées, cogiter et tracer sa route prodigieuse. Voir les merveilles et les non-merveilles du monde. Aujourd’hui, c’est la rentrée des classes et Aglaé va décider de partir à la recherche d’une autre petite fille, Nojoud, qui a disparu. Le dahu est là, sûrement, il va lui donner un petit coup de pouce. Le dahu ? Bien sûr que si, il existe !

à la Une

LES GENS QUE J’AIME enregistré sur France Culture dans l’Atelier Fiction

Ici vous pouvez écouter le texte:

https://podcloud.fr/podcast/litterature/episode/les-gens-que-jaime-de-sabine-revilletLes gens que j’aime en podcast

L’atelier fiction Les gens que j’aime de Sabine Revillet, enregistré au Théâtre Laurent Terzieff et au studio son du 15 au 19 décembre 2015, réalisé par Baptiste Guiton et l’équipe de France culture avec les acteurs et les concepteurs sonores de la 75e promotion Mnouchkine, sera diffusée le Mardi 23 Février 2016 à 23h. Durée 1h.

Réalisation de Baptiste Guiton

Une réflexion sur l’identité et sur le désir d’être aimé

 

x510_ensatt2.png.pagespeed.ic.D80xxvX8FM.jpg

Enregistré du 15 au 19/12/2015  à Lyon, avec les élèves de l’ENSATT promotion 75 Ariane Mnouchkine

Paul ne sait pas dire non, c’est plus fort que lui, il dit toujours oui, oui, oui et accepte tout ce qu’on lui propose, multiplie les amours, les professions et se laisse embarquer dans différents chemins de vie. Pour ne pas être marginalisés, que sommes-nous prêts à faire ? Que sommes-nous prêts à brader de nous-mêmes pour plaire, avoir une place dans cette société, réussir, ne pas être laissés de côté ? Le pire n’est pas loin quand on ne sait pas choisir…On est toujours un peu extra-terrestre face à soi-même… Une réflexion sur l’identité et sur le désir d’être aimé.

 

Avec 

Léo Grange, Ariane Berendt, Marie Brugière, Tristan Cottin, Léonie Kerckaert, Amaranta Asiri Kun, Lorenzo Nieddu, Marion Pastor, Gabriel Rouvière, Chloé Sarrat, Alexandre Servage et la participation de Philippe Delaigue

 

Conseillère littéraire : Caroline OUAZANA.

Equipe technique : Philippe BREDIN, Manon HOUSSINET Nicolas SLIMANI.

Assistant à la réalisation : Vivien DEMEYRE

Conceptions sonores :

Sarah Bradley, Nicolas Hadot, Clément Hubert, Estelle Lembert, Caroline Mas, Simon Parsot

Collaboration artistique : Maryse Estier

Composition musicale : Sébastien Quencez

Equipe de réalisation Philippe Bredin, Manon Houssin, Nicolas Slimani

Assistant à la réalisation Vivien Demeyere

Allumeuse aux Editions KOINE sortie du texte le samedi 9 juin avec les textes de Claire Barrabes, Marie-Pierre Cattino, Sarah Pèpe…

 

Embras(S)er la nuit.

 

Ce 9 juin 20 H à la Fabrique made in Bagnolet Embrassons, mettons le feu.

Sur une belle proposition des Editions Koine publication d’un recueil de 4 monologues sur le thème de la femme dans l’espace public: Embras(S)er la nuit. 

Avec Claire Barrabes, Marie-Pierre Cattino, Sarah Pèpe et moi-même, ( je présenterai mon texte « Allumeuse »), en compagnie de Valérie de Schaetzen, historienne.

 

33961301_1937576852927211_7516046438464225280_n

Extraits de mon texte Allumeuse 

« Je suis née avec le feu dans les yeux. J’avais ça dans les gènes.

J’ai commencé par mettre le feu partout, des débuts de brasier que j’éteignais vite.
Au fur et à mesure, je les ai laissés grandir.
Le matin, je me levais avec des flammes dans le ventre.

Des flammèches au bout des doigts.
J’avais l’impression qu’on ne voyait que ça.
Ma brûlure dès le matin devant mon bol de café.
Ma brûlure en prenant le métro ou le bus.
Ma brûlure en marchant dans la rue.
Un jour, j’ai vérifié l’asphalte sous mes pieds.
Est-ce que le goudron ne fondait pas à mon passage laissant des traces de fumées noires?

***

Apaiser ce feu en moi.
Interrompre le chahut de mes organes, j’ai essayé. Expérimenté diverses activités : yoga du rire, sophrologie, méditation pleine conscience, jardinage, arrosage de mes plantes, installations de micro fontaines dans ma chambre, déplacement de mon corps à côté d’espaces réfrigérants, ouvertures de frigos, promenades en supermarchés aux rayons congelés, visites des glaces, arrêts express aux produits frais…

Je continuais de bouillonner. »

 

 

La Fabrique made in Bagnolet- 11, rue Paul-Vaillant-Couturier-93170 Bagnolet- ligne 9 métro Gallieni.

Entrée libre

Editions Koine

3ème édition des Hauts Parleurs – Collectif A MOTS DECOUVERTS – et dimanche 27 mai 16 H restitution d’ateliers d’écriture avec la Bande à Léon

RENCONTRES DES ECRITURES THEATRALES D’AUJOURD’HUI AU Grand Parquet DU 23 AU 27 MAI … 


35 rue d’Aubervilliers (Paris 18e) 

 

33037372_1126577494148823_2171352804193468416_n

 

VOICI LE PROGRAMME
avec  Alice Benoit, Arnaud Carbonnier et Benoît Di Marco
extrait mis en jeu et marionnettes par Brice Coupey et Angèle Gilliard
en partenariat avec le Théâtre aux Mains Nues
           > lecture suivie d’un débat avec l’autrice

tinel

Fartlek d’Anne-Christine Tinel – inédit
lecture dirigée par Benoît Di Marco
avec  Patrick Azam, Émilie Bouruet-Aubertot, Pierre de Brancion, Benoit Di Marco, Christine Gagnepain, Clémence Laboureau, Tien Lê, Clotilde Moynot et Lola Roskis-Gingembre
Thomas, étudiant en sport-études, doit devenir un champion. Mais sa timidité le rend invisible aux yeux des autres, surtout de Lou, la reine de la classe. Un jour, lors d’un trajet en bus, Thomas, pensant surprendre son monde, insulte la prof de gym. Le chauffeur intervient. Ils s’affrontent…
>>> rêves de mise en scène : Jean Bechetoille et Thomas Resendes
               installation à découvrir au Grand Parquet – en partenariat avec le Théâtre 13

avec  Xavier Béja, Sylvie Gravagna et François Macherey
extrait mis en jeu et marionnettes par Stéphane Bientz et Angèle Gilliard
en partenariat avec le Théâtre aux Mains Nues
extrait mis en jeu et marionnettes par Isabelle Carré et Brice Coupey
en partenariat avec le Théâtre aux Mains Nues
            > lecture suivie d’un débat avec l’autrice
leconteb
L’accident de Bertrand d’Emilie Leconte – Editions Théâtrales du Grand Sud-Ouest
lecture dirigée par Laurent Lévy
avec Delphine Brual, Isabelle Fournier, Olivier Hamel, Laurent Lévy, Cécile Métrich, Maxime Sechaud, Nicolas Senty et Faustine Tournan

Bertrand se retrouve immobilisé au sol, sans raison et pour un temps indéterminé, ce qui va éveiller la curiosité de certains. De visites en examens scientifiques, puis de médiatisation en récupération politique, sa notoriété devient mondiale. Révolutionnera-t-il pour autant notre façon de vivre ?

>>> rêves de mise en scène : Thomas Nucci et Thomas Resendes
               installation à découvrir au Grand Parquet – en partenariat avec le Théâtre 13

Vendredi 25 mai 
16h > lecture suivie d’un débat avec l’auteur
lorette 2
Mouton noir d’Alex Lorette – Lansman éditeur
lecture dirigée par Richard Pinto
avec Emilie Bouruet-Aubertot, Francoise Cousin, Olivier Hamel, Clémentine Lebocey, François Macherey, Clotilde Moynot, Véronique Muller, Lola Roskis Gingembre, Maud Roulet et Faustine Tournan

Camille, adolescente, perdue entre une mère aveugle à son calvaire et une institution scolaire indifférente, est poussée au suicide par le harcèlement haineux d’une bande de filles de son collège.

>>> rêves de mise en scène : Gaëtan Gauvain et Thomas Nucci
               installation à découvrir au Grand Parquet – en partenariat avec le Théâtre 13
19h > impromptus
avec  Brice Beaugier, François Macherey, Clémentine Lebocey, Maud Roulet et Jeanne Vimal
extrait mis en jeu et marionnettes par Stéphane Bientz
en partenariat avec le Théâtre aux Mains Nues
            > lecture suivie d’un débat avec l’auteur
Ludovic Longelin
Saanato de Ludovic Longelin – inédit
lecture dirigée par Françoise Cousin
avec Arnaud Carbonnier, Sylvie Gravagna, Anne Massoteau, Claire Mirande, Nicolas Senty et Jeanne Vimal  

Depuis la terrasse de leur pension de haute montagne, quelques vacanciers assistent à une scène troublante : trois hommes, une femme et un enfant surgissent d’une forêt, en contrebas. Ils semblent appeler à l’aide. Une vision déroutante qui va peu à peu enrayer les mécanismes de leurs vies bien huilées…

>>> rêves de mise en scène : Lucie Digout et Gaëtan Gauvain
               installation à découvrir au Grand Parquet – en partenariat avec le Théâtre 13

Samedi 26 mai 
14h30 > lecture
de clercq
Si j’étais mandarin d’Anaïs de Clercq – inédit
lecture dirigée par Axel Petersen
avec Patrick Azam, Xavier Béja, May Bouhada, Arnaud Carbonnier, Christine Gagnepain, Sofiane Hamida, Medhi Limam, Tien Lê, Cécile Métrich, Taïdir Ouazine et Axel Petersen
Deux frères, Mohammed et Ibrahim, dans la France d’aujourd’hui. L’agression de leur mère fait un jour basculer leur destin. Mohammed se retrouve impliqué dans un crime et finit en prison, piégé par sa révolte et son désir de justice. Ibrahim, lui, trouvera la voie de « l’intégration »…
>>> rêves de mise en scène : Jean Bechetoille et Lucie Digout
               installation à découvrir au Grand Parquet – en partenariat avec le Théâtre 13

Le temps d’une fête, la scène du Grand Parquet redevient piste de danse ! Tout le monde y est convié.

Une playlist éclectique, des apparitions surprises, des jeux hors-piste et des micro-drames incongrus.

soirée orchestrée par le collectif à mots découverts

invité.e d’honneur : Patachtouille

auteurs associés : Amine Adjina, Gustave Akakpo, Julien Guyomard, Métie Navajo et Pauline Picot.

> participez au flashmob : tuto disponible ici – code HP#3


avec les élèves du collège Suzanne Lacore (Paris 19e) et l’œil complice d’Audrey Bertrand et de Marine Maluenda (collectif La Bande à Léon)

Sur proposition du collectif à mots découverts, Sabine Revillet a partagé avec les élèves du collège Suzanne Lacore (Paris 19e) un temps de réflexion et d’écriture autour du thème de sa prochaine pièce : les robots. Quelle place ont et auront les robots dans notre vie ? Comment, au travers d’une telle technologie rêver notre humanité de demain ?

Le collectif à mots découverts propose à Amine Adjina, Gustave Akakpo et Métie Navajo de former une brigade d’auteurs et de placer les Hauts Parleurs sous surveillance avec autorisation d’intervenir à tout moment. En clôture de ces cinq jours, ils livreront sous forme d’un journal de bord leurs billets d’humeur, leurs visions d’avenir et leurs questions tendres ou féroces.

avec Emmanuelle Destremau (autrice et chanteuse-musicienne), Olivier Dote Doevi (comédien), Sarah Jérôme (chorégraphe plasticienne), Paul Lévis (musicien) et Johanne Thibaut (comédienne)

tarif unique : 8 € – réservation conseillée