MON GRAND PERE CE ROBOT _ INVITATION

MON GRAND PERE CE ROBOT
mardi 22 SEPTEMBRE A 12H30 AU THEATRE 13 

Texte de Sabine Revillet – Maquette de Juan Miranda 

Jacques vient de mourir, Angie, sa petite fille, est désemparée. Garance, sa mère, se réfugie sur Facebook, cherche une solution. L’idée fait son chemin : et si l’on remplaçait Jacques par un clone robotique ? Damien son mari n’est pas d’accord, mais le robot arrive dans la famille, bouleversant les pensées et la routine de chacun. Cette « chose » s’ingère dans leurs habitudes, s’immisce dans leurs intimités…

Ce texte est issu de la Sélection 2019 du comité de lecture tout public des Écrivains Associés du Théâtre (E.A.T)
Il a été soutenu par le collectif A Mots découverts et il a reçu une aide du CNL

Juan Miranda : Finaliste 2018 du Prix Théâtre 13 / Jeunes metteurs en scène.



AVEC

Ivan Toulouse
Inès Arnauld
Florent Mousset
Noé Toulouse
Clémentine Domptail

———
✨ Entrée libre sur réservation
📞 01 45 88 62 22

📍 Théâtre 13 / Seine
30 rue du Chevaleret – 75013 Paris
M° Bibliothèque F. Mitterrand – sortie chevaleret

INFOS PRATIQUES Entrée libre sur réservation
Mardi 22 septembre – 12h30
Théâtre 13/Seine – 01 45 88 62 2230 rue du Chevaleret 75013 ParisMétro Bibliothèque François Mitterrand

Librairie De beaux lendemains LECTURE

Vendredi 18 septembre, soirée littéraire en compagnie de Marie-Pierre Cattino, Sophie Maurer, Mélissa Golebiewski et Catherine Benhamou, nous lirons des extraits de nos textes publiés aux Edition Koïne. 

Librairie De beaux lendemains 8 allée Rosa Parks 
Bagnolet de 19 à 22H.

LECTURE SANS MASQUE !

 

Publication du livre « À 38 km, Vert-le-Grand, si loin si proche » du photographe Lionel Antoni

Heureuse d’avoir participé à ce beau projet, d’avoir pu découvrir les photos attachantes et lumineuses de Lionel Antoni, ainsi que les univers de toutes ces autrices et auteurs.

Bel ouvrage.

Lionel Antoni

Extrait de mon texte

« ... Les gens se confient aux arbres et ceux-ci les consolent.

Imagine toutes les histoires qui se sont mélangées dans leurs écorces, crois-tu que seuls les oiseaux peuvent les connaître ?

Un arbre a les pieds poétiques. il marche si lentement qu’on ne le voit pas venir.

Si la tempête le détrône, toute la forêt pleure. »

Lionel Antoni

Extrait du texte de Corinne Le Pevrier

« ... cet impossible partage de nos prières singulières prisons & ce contrepoids que nous sur nos corps amoureux de ce que nous/nul ne défait les noeuds du monde/allons ne pas plus en avant/ ce qui a lieu d’être inachevé ne meurt s’en va s’ensuit le sens de l’amour est fait de quoi il n’était pour ainsi dire/oui ce besoin d’1 nous plus que tout réel inconsolable… »

Lionel Antoni

Extrait du texte de Frédérique Germanaud : Poucet

« Poucet traverse des bois, des villages, dort dans des granges. Il n’a plus ni père ni mère, son chemin abandonné aux oiseaux. Où sont ses frères ? Poucet saute dans des barbelés, dort dans des fossés.

Il a six ans ou seize, pareil, il est seul. « 

Ce que c’est que la mer

« Je voulais te demander ce que c’est que la mer »

« …cent fois je te l’ai expliqué, cent fois ! la mer est une étendue d’eau profonde comme l’eau du puits qui se trouve entre notre ferme et cette masure qu’est votre maison. Sauf qu’elle est bleue, et qu’on a beau tourner les yeux dans tous les sens, on ne peut pas voir où elle finit.

…Je comprends, moi : une eau profonde comme celle du puits mais bleue. ..Voilà, la mer est une plaine d’eau bleue, mais sans les montagnes de lave que nous voyons là au fond, rien qui ferme la vue, ou mieux, on voit une ligne toute mince qui n’est rien d’autre que la mer qui se mélange au ciel. Et cette ligne s’appelle l’horizon.

-Et qu’est-ce que c’est que l’horizon ?

-Je te l’ai dit, c’est rien qu’une plaine d’eau bleue qui s’arrête au ciel, tout au fond, tout au fond là où l’oeil peut arriver.

-Une plaine d’eau bleue comme tes yeux qui vont s’unir au ciel de ton front !  »

 

L’art de la joie, Goliarda Sapienza.

 

20200807_182545

 

ni plage ni vagues ni sable

Les doigts sur le clavier de l’ordinateur il fallut inventer de nouvelles histoires,

peut-être des histoires qui ne sortiraient jamais de la maison, des histoires qui resteraient blotties à l’intérieur où parfois, le froid arrivait. On se baladait, en ce cas, avec un long pull-over avec des manches jusqu’aux pieds, en trébuchant.

Parfois, le chaud l’emportait sur le froid-glacé et il était si fort qu’on aurait pu se croire à la plage sauf qu’il n’y avait ni les vagues, ni le bleu liquide, ni les grains de sable.

Si on guettait les bruits, le son d’une mouette errante, au-dessus de nos têtes, cachée sous un nuage, poussait un cri. On commençait alors à s’envoler par la fenêtre tout en restant chez soi. Là-bas et ailleurs, mais surtout, ici.

clementine-chabaneix-01-768x514

Clementine de Chabaneix

non lecture le 5 mai

Annonce de la non lecture le 5 mai au Théâtre 13 / Seine à 12H30 de mon texte

Mon grand-père, ce robot

 

images

 

Maquette de Juan Miranda


Finaliste 2018 du Prix Théâtre 13 / Jeunes metteurs en scène.

 

Jacques vient de mourir et Angie, sa petite fille, est désemparée. Elle imagine qu’il s’est réincarné. Garance, sa mère, s’inquiète pour elle et se réfugie sur Facebook. Si l’on pouvait enrayer la mort, quel soulagement ce serait !
Une publicité de l’entreprise Illusion Robotic lui donne une idée. Et si l’on remplaçait Jacques par un clone robotique ? Damien son mari n’est pas d’accord, mais le robot arrive dans la famille et bouleverse les pensées et la routine de chacun. Cette “chose” s’ingère dans leurs habitudes alimentaires et s’immisce dans leurs intimités…
Et si les objets animés possédaient un cœur comme nous ? Et si la réincarnation existait ? Et si les robots captaient les présences invisibles ?

Texte sélectionné par le comité de lecture tout public des Écrivains Associés du Théâtre (E.A.T). Bourse du Centre National du Livre (CNL).

Texte soutenu par le collectif À Mots Découverts. Une seconde version existe sous le titre Tendre métal, achevée à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon.

 

Une prochaine fois, j’espère ! 

 

30, rue du Chevaleret – 75013 Paris
M° Bibliothèque François Mitterrand

En cette période de confinement, les Editions Koïnè mettent en ligne des extraits sonores des pièces de théâtre qu’ils éditent.

Voici aussi une présentation de ma pièce Les Lunatiques parue aux Editions Koïnè, interrogée par Marie-Pierre Cattino, en tête à tête.

Et merci à Amélia pour sa participation…

 

https://www.edition-koine.fr/sonothèque/

Vous pouvez consulter des extraits de Ma Palme d’Or de Véronique Viel, Revanche de Marjory Fabre, Brûle Narcisse d’Adrien Michaux, Les flèches perdues de Marie-Pierre Cattino, Salle de traite de Rebecca Vaissermann, Comment j’ai mangé mon coeur de Damien Dutrait… la liste s’allonge jour après jour.

Bonne écoute, et prenez soin de vous.

 

 

 

 

 

 

 

Bocal agité 43 ! Lecture des textes ce vendredi 20 décembre à 19H30

 

Bocal agité 43

3 jours d’écriture, d’expérimentations et de création.
Mercredi: 8 autrices et auteurs écrivent un texte.
Mercredi soir: 5 metteurs en scène et 15 interprètes se partagent les textes.
Jeudi et vendredi: répétitions intensives au plateau.
Vendredi soir 19h30: One shot. 8 spectacles demain soir en point d’orgue, entrée libre, àGare Au Théâtre à 19H30.

On vous attend!

Avec Clyde Chabot Eve-Marie Bouché Natalie Rafal Sylvie Montlahuc Sabine Revillet Noemie Fansten Constance Émilie Jean-Pierre Dumas Moustapha Aouar Frederic Franzil Julien Feder Nolwenn Cosmao Laura Lutard Anaïs Chartreau Marion Bouquet Alexandre Blazy Aliénor de Mezamat Jeanne Peylet-Frisch Laurent Orry Alexandre Horreard Clara Cicera Marie-Pascale Grenier Comédienne Actrice Amandine Grousson.

80655546_10221171352659503_223305885273817088_n

Cabaret théâtral le 14 décembre à la Maison du peuple à Clermont-Ferrand

 

A l’intiative de la FNCTA Auvergne, après lectures de nos textes ce 23 novembre, au théâtre Cornillon à Gerzat, Antonio Carmona et moi-même nous sommes retrouvés en compagnie des troupes du Puy-de-Dôme à l’occasion d’un Cabaret théâtral ce 14 décembre à 19 h à la Maison du Peuple à Clermont-Ferrand .

Belle soirée théâtrale, engagement remarquable des comédiennes et comédiens sur scène. Grande exigence de leur part. Les personnes qui m’accompagnaient et qui n’ont pas forcément l’habitude d’aller au théâtre ont été conquises par la diversité des propositions, des univers.

Le Théâtre du 22 a présenté mon texte  Zone bureautique érogène écrit pour l’occasion.  Je leur tire mon chapeau. Et j’ai mis en lecture Manifestations, commande de la FNCTA Auvergne. Heureuse de cette expérience et de ce flash-mob endiablé. Et de venir travailler à Clermont-Ferrand dont je suis originaire.

Merci à Hélène Verdier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.